Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Découvrez ma chronique du roman de Nicolas Marchal pour Le Carnet et les Instants, la revue des lettres belges francophones.

- Coup de coeur -

 

Lui, il est écrivain. Ou plutôt Écrivain. Même que son premier roman a été salué par la critique. Et ce n’est pas rien, un succès critique pour un premier roman ! Alors forcément, ça met de la pression pour le deuxième : après l’exploit, il s’agit de ne pas décevoir. D’ailleurs, il a déjà envoyé un début de manuscrit à des éditeurs parisiens. Donc prestigieux. Oh, bien sûr, ça ne sera pas son Grand Roman, mais pour ça il a encore le temps. Il a encore beaucoup de chefs-d’œuvre à écrire alors pour le Grand Roman, celui qui le fera entrer au Panthéon des Grands Écrivains, il devra encore attendre. Évidemment, ce serait certainement plus facile si sa chère épouse adorée ne l’embêtait pas toujours avec ses préoccupations basses de petite-bourgeoise. Et puis ce bébé qui braille sans cesse ! Et qui réclame sans se lasser cette ridicule comptine qui vante les mérites d’un grand cerf qui vient en aide à un stupide lapin. Qui voudrait y croire ? Alors que l’Écrivain aimerait tant raconter à son fils une merveilleuse histoire de son cru mais non, décidément non, l’enfant réclame à corps et à cris le grand cerf.
Face à tant de brutalité culturelle et pour lutter contre l’aspirateur rouge, l’Écrivain quitte tout et part, sans se retourner, à l’aventure retrouver sa Muse, la sacro-sainte Inspiration. Après un ou deux tours du pâté de maisons, c’est sûr, il sera prêt pour son roman. D’habitude, il parcourt les bois mais là, impossible : la chasse (au cerf) est ouverte. Et qu’est-ce qu’il déteste les (lire la suite)

 

 

Tag(s) : #A (re)lire, #Carnet&Instants

Partager cet article

Repost 0