Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tristane Banon sera bientôt présente dans les libraires. En effet, la jeune femme, qui a porté plainte contre Dominique Strauss Khan pour tentative de viol, a écrit un livre tenu secret jusqu'ici et dans lequel elle raconte son histoire. Voilà qui est très étonnant. La sortie est prévue pour le 13 octobre, soit la semaine prochaine, on nous l'annonce cette semaine et la confrontation suivie de l'apparition très attendue au JT de TF1 c'était la semaine passée. Je ne traiterai pas de mauvaise langue ceux qui diront que cela ressemble à un coup de pub, une campagne marketing bien menée. Quand il s'agit de vendre, je ne crois pas au hasard des dates.

banon.jpgCar les faits sont là : la sortie du Bal des hypocrites est prévue le 13 octobre, c'est-à-dire la semaine prochaine, on apprend sa publication cette semaine et l'auteure est passée en télévision, sur la plus grosse chaîne française et à une heure de très grande écoute, la semaine dernière. Voilà un programme qui tombe à pic. Et je ne parle pas ici de l'affaire qui oppose actuellement Tristane Banon à DSK. Il ne m'appartient pas de juger ce qu'il s'est ou non passé dans cet appartement parisien. Ce dont il est question ici, c'est de la publication d'un livre qui relate une version des faits avant même qu'il n'y eu un procès (s'il y en a un, puisque si la tentative de viol n'est pas retenue, il y a prescription). Tout le monde suit cette affaire depuis plusieurs semaines, on a écouté les deux intéressés lors de leur apparition au JT de TF1, des groupes de soutien se sont formés, les féministes ont pris parti pour Banon. Du soutient, elle en a. Alors pourquoi ce livre? Et surtout, pourquoi maintenant? Une chose est certaine, l'auteure va bénéficier d'une couverture médiatique dont elle n'aurait pas pu rêver sans cette affaire. Sans cette affaire il n'y aurait pas eu livre dites-vous? Elle n'en est pas à son coup d'essai. Banon est également l'auteure de trois romans déjà "largement inspirés de sa vie".  Au sujet de ce "récit" de 126 pages, Bibliobs écrivait hier : " «Le Bal des hypocrites» s’annonce plutôt comme un règlement de comptes. Le titre l’indique, la présentation de son éditeur le laisse entendre également, qui annonce «une magnifique écriture de femme blessée, une sincérité totale pour ce bouleversant ‘‘J’accuse’’.»

Voici un court extrait du Bal des hypocrites, à paraitre au Diable Vauvert : « ‘‘L’Affaire’’, c’est juste une vie qu’on a jetée àlebaldeshypocrites.jpg la poubelle. Seulement ma vie que l’on a cassée comme on déchire un dessin raté. Finalement, ça n’est rien, ou pas grand-chose, mes tripes que des journalistes ont tricotées comme de la laine pour se faire un pull pour l’hiver. De ceux que l’on porte sans se soucier de qui crèvera de froid dehors, sans se soucier de la peine que ça fait, à l’intérieur, de n’être qu’un lapin face aux chasseurs.» Banon fait bien peu de cas des journalistes qu'elle voit comme des rapaces. Elle semble oublier qu'elle-même est journaliste. Aurait-elle traité cette affaire différement s'il avait s'agit d'une autre? Que penserait-elle de ce coup de pub médiatique?

 Tristane Banon, Le Bal des hypocrites, Le Diable Vauvert, le 13 octobre 2011.

Tag(s) : #Billets d'humeur

Partager cet article

Repost 0