Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

gataca.jpgUn thriller, encore un? J'ai déjà tenté l'expérience à plusieurs reprises ces derniers temps, sans grand succès. Parce que je n'ai pas accroché à l'histoire, aux personnages, au style, ... Parce que je n'ai pas aimé, voilà tout. La semaine dernière, une collègue me saute dessus, les yeux pétillants, et me jette presque ce livre au visage en s'exclamant : "Il faut que tu lises ça! C'est génial!". Super, encore un... Et pas des moindres : 600 pages ! Je ne connais pas l'auteur, jamais entendu parler du bouquin et envie de retenter l'expérience parce que bon quand-même tout le monde lit des thrillers et moi y a pas moyen...

 Génial! Ce roman est la suite de Le Syndrôme [E], qu'il n'est pas nécessaire d'avoir lu (je ne l'avais d'ailleurs pas lu). On y retrouve Lucie, qui se remet difficilement du meutre de ses jumelles, et Sharko, commissaire meurtri qui s'enfonce toujours un peu plus dans la noirceur du monde. Petit-à-petit, l'auteur nous expose des faits, a priori étrangers les uns des autres : une jeune scientifique est retrouvée morte, probablement tuée par un primate ; des détenus condamnés pour des crimes violents et barbares s'avèrent être tous gauchers; une découverte archéologique majeure met au jour une famille de Néandertaliens massacrée par un Cro-Magnon. 30.000 ans séparent ces affaires, dont la clé se résume en quelques lettres : GATACA. 

 Quand un romancier talentueux met en scène des savants fous et des policiers intuitifs et butés, ça donne ce thriller très réussi. Ce roman vous emportera dans les profondeurs de l'humanité, explorant les pistes insondables de notre ADN. J'ai dévoré les 600 pages presque sans relever le nez, envieuse de découvrir vers quel rebondissement le chapitre suivant m'emmènerait. C'est bien construit, bien rythmé et très vivant. On se croirait véritablement dans un film, les descriptions permettent au lecteur d'imaginer les scènes mais n'alourdissent pas le récit. Bref : une vraie réussite. A lire.

Tag(s) : #A (re)lire

Partager cet article

Repost 0