Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'événement fait le buzz aussi bien sur le net que dans la presse écrite. Et pour cause! Le lauréat du prix de Flore, Marien Defalvard, a ouvertement critiqué Alexis Jenni, nouveau prix Goncourt. Mais ce qui étonne le plus, ce sont les circonstances dans lesquelles cette attaque a été lancée.

marien-defalvard.jpg

Au mois d'août, une discussion des plus inattendues s'est engagée entre différents internautes dans les pages de Wikipédia. Pour vous le faire en court, quelqu'un avait alors ouvert une page au nom de Marien Defalvard pour la sortie de son (premier) livre "Du temps qu'on existait", avant même la parution de l'ouvrage (!). L'article avait alors été rejeté pour publicité abusive, rejet qui a été le point de départ de nombre de réactions. Le débat était lancé.

Mais là où les choses prennent une tournure plutôt étonnante, c'est lorsque l'on comprend que l'un des intervenants de cette discussion n'est autre que Marien Defalvard lui-même qui, sans jamais signer ses propos, laisse clairement comprendre son intérêt dans cette histoire. Rapidement, il met en cause Alexis Jenni et trahit ainsi son identité : "Peut-on savoir pourquoi M. Jenni se voir affublé du nom d'écrivain, quand je dois me contenter de celui de romancier ?" La moutarde lui monte au nez au rythme de son ego qui gonfle. Les soupçons qui pèsent sur l'auteur de l'article à qui l'on reproche de faire de la publicité abusive irritent le romancier : "Cette atmosphère de suspicion est absolument insupportable ; mais il faut se faire à ce que la France soit devenu un pays incroyablement aigre, une véritable marmite de ressentiment. D'autre part, qu'est-ce qui motive que M. Jenni, auteur d'un livre pourtant médiocre, ait sa place sur ce site, et non moi-même ? Vos motivations réelles transparaissent sous vos phrases, quoique vous en ayez."  Ce livre si médiocre a pourtant reçu le prix Goncourt peu de temps après cette réflexion, excusez du peu. Fort heureusement, pour faire face à cette "médiocrité", il y a Defalvard qui affirme quelques lignes plus loin : "Ce n'est pas mon jeune âge qui a retenu l'attention des critiques ; il a plutôt provoqué l'incrédulité. (...) Vous en connaissez beaucoup, des premiers romans d'inconnus accueillis de cette façon ? Et enfin, pourriez-vous me rappeler la dernière fois que le mot de génie (qui est d'ailleurs la cause du relatif silence actuel autour du livre, tant il a fait croire à un plan médiatique dans l'esprit pervers des hystériques égalitaristes) fut employé pour caractériser un auteur ? Bon courage, Messieurs."

Une partie de la critique s'était en effet montrée généreuse en qualificatifs glorifiants, cela n'empêche pas d'autres lecteurs ou journalistes d'avoir (exprimé) une opinion fort différente. Remettons l'église au milieu du village et rappelons-nous ce que l'un des internautes participant à ces échanges a dit : "Certains s'amusent à créer des articles pour chaque auteur, alors même qu'il n'y a aucun recul temporel sur la carrière de l'écrivain : le moins que l'on puisse dire et que la vôtre est à ses balbutiements. Lorsqu'elle se sera « étoffée » et, si d'aventure vous recevez des prix littéraires, alors là nous pourrons réfléchir à une rédaction plus poussée."

Le contenu de cette discussion insolite a fait l'objet, entre autres, d'un article dans L'Express et Libération.

Voici une vidéo de l'auteur présentant son livre : 

Tag(s) : #Billets d'humeur

Partager cet article

Repost 0