Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En 2010, Michel Houellebecq avait fait parler de lui en remportant le Prix Goncourt, on s'en souvient. Ce qui nous a moins marqué peut-être, c'est l'affaire pour le moins nébuleuse concernant un plagiat potentiel...de Wikipédia. L'auteur avait lui-même reconnu s'être "inspiré" du site, recopiant allègrement certains passages tels quels. Deux jours avant la sortie officielle de La carte et le territoire, un article de Slate avait ouvert le débat en soulevant la possibilité d'un plagiat. Vu l'évidence du "copier-coller", Flammarion avait confirmé "l'emprunt" mais réfuté l'idée de plagiat en invoquant le droit de courte citation.

houellebecq-journalistes.jpg

Juriste spécialisé dans le droit numérique, Florent Gallaire avait alors rebondi sur son blog en précisant que les passages incriminés n'étaient aucunement présentés comme des citations (et n'indiquaient ni la source ni l'auteur). Pas de droit à la courte citation donc. Mais jouant avec les lois, Gallaire en avait profité pour considérer le dernier né de Michel Houellebecq comme une "oeuvre dérivée" des articles mis en ligne sur Wikipédia et donc pour le mettre en ligne intégralement et gratuitement à disposition des internautes. Rien que ça. Flammarion n'avait que très moyennement apprécié de voir son Goncourt en libre accès et le juriste avait conclu cet épisode sur son blog par ces mots : « Sans reconnaître aucun délit et en maintenant totalement la pertinence de mon analyse juridique, j’ai accédé à la demande de Flammarion de retirer du site les liens permettant de télécharger l’œuvre. ».

De fil en aiguille, l'affaire se termine aujourd'hui par un compromis entre Flammarion et Wikipédia. Wikimédia France avait proposé « de respecter le droit de citation d’une manière simple, c’est à dire de ne pas intervenir directement dans le texte, mais d’identifier à la fin du roman les passages tirés de Wikipédia. » Mais c'est finalement un ajout dans les remerciements de l'auteur pour la version numérique de son livre qui clôture l'afaire :  

« Je remercie aussi Wikipedia (http://fr.wikipedia.org) et ses contributeurs dont j’ai parfois utilisé les notices comme source d’inspiration et notamment celles relatives à la mouche domestique, à la ville de Beauvais ou encore à Frédéric Nihous. »

« Nous n’avons donc clairement pas réussi à obtenir ce que nous souhaitions [...] mais nous estimons qu’il s’agit là d’un premier pas de la part de Flammarion, qui a su admettre que les contributeurs de Wikipédia n’étaient pas « rien » et que leur travail devait être reconnu », conclut Adrienne Alix, présidente de Wikimédia France.Un Prix Goncourt qui fait un copier-coller de Wikipédia, sit e de référence universelle, ça le fait moyennement quand-même...

Tag(s) : #Billets d'humeur

Partager cet article

Repost 0