Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

havre-des-morts.jpg

Poursuivant ma série d'auteurs de thrillers, je viens de découvrir Patricia Cornwell avec Havre des morts.

Ce roman met en scène l'un des personnages récurrents de l'auteure : Kay Scarpetta, mariée à un agent du FBI et médecin légiste de son état. Alors qu'elle travaille à l'autopsie des corps de soldats américains sur la base militaire de Dover, la voilà rappelée d'urgence à Cambridge, dans sa propre morgue, pour enquêter sur la mort étrange d'un jeune homme. Les médecins avaient opté pour une crise cardiaque mais le corps a saigné après son arrivée à la morgue. La victime était-elle encore en vie? Les premiers examens révèlent des blessures particulièrement étranges que Scarpetta ne peut expliquer.  Rapidement, le lecteur se voit entrainé dans le monde des nanotechnologies et les hypothèses les plus loufoques émergent progressivement. Les mobiles se succèdent, allant de la recherche scientifique au traffic humain, en passant par le secret d'Etat. Plusieurs morts non-élucidées sont finalement mises en relation et tous semblent penser à l'incroyable culpabilité de Jack Fielding, l'assistant de Scarpetta. En toile de fond, l'auteure revient régulièrement sur une enquête précédente ayant pour décor l'Afrique et sur ses relations avec les différents personnages.

Mon résumé ne vous semble pas clair? C'est le sentiment général que je conserve de ce livre. Patricia Cornwell lance des pistes, relance des personnages et des histoires passées sans que l'on comprenne véritablement le lien qu'ils ont avec l'intrigue qui nous préoccupe. Le totu donne une impression de fouilli général. La façon dont est présentée l'histoire n'aide probablement pas le lecteur à comprendre la chronologie des événements. Si Scarpetta est balladée à travers l'enquête par des gens qui lui cachent la vérité (mais pourquoi? Je n'ai pas trouvé que ça apportait quelque chose à l'histoire), Cornwell ballade le lecteur à travers cette intrigue tortueuse.

Les descriptions sont parfois un peu trop lourdes mais dans l'ensemble elles ne m'ont pas paru exagérées. Le style semble assuré, mais on pouvait s'y attendre au vu du nombre de titres déjà parus. Je pense tenter un autre roman de Patricia Cornwell d'ici quelques temps mais d'après ce qu'on a pu m'en dire il serait alors préférable de découvrir les premiers livres qu'elle a publiés. A titre personnel, je ne conseille donc pas spécialement ce roman, même si je ne condamne pas (encore) tout le travail de la romancière. Affaire à suivre...

Tag(s) : #A (re)lire

Partager cet article

Repost 0