Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Paru en janvier dernier chez Robert Laffont, Papa was not a rolling stone de Sylvie Ohayon a obtenu le Prix de la Closerie des Lilas le 6 avril 2011.

Le prix de la Closerie des Lilas a pour originalité d'être un jury tournant et de couronner une romancière de langue française dont le livre paraît à la rentrée de janvier. Sa vocation : promouvoir la littérature féminine.Dans le jury tournant, on trouvait cette année Isabelle Alonso, Marie Drucker, Katherine Pancol ou encore Sylvie Testud.

lila2011

L'argumentaire des éditions Robert Laffont:

L’autofiction coup de poing d’une jeune femme juive et kabyle issue de la Courneuve qui s’est sortie d’une enfance chavirée avec une détermination et une énergie tout à fait hors du commun.

Lili n’est pas d’une nature à baisser les bras. Elle a cette certitude chevillée au corps « qu’il faut dépasser ses malheurs en klaxonnant bien fort, garder ses cheveux au vent et continuer à offrir son beau visage au soleil ». Et pourtant les malheurs, Lili, elle les accumule. Issue d’une famille de juifs d’Afrique du Nord débarqués à la cité des 4000 à la Courneuve, elle est mise au monde sous X, car elle est le fruit de la honte et du déshonneur : un soir de Noël, après un flirt poussé dans une voiture, sa mère tombe enceinte d’un Kabyle qu’elle vient de rencontrer. Le grand-père Moïse, au cœur chaud, pris par le remords de l’abandon, reviendra chercher Lili à l’orphelinat. Mais en arrangeant un mariage avec Daniel, un catholique autoritaire qui voudra bien de sa fille déshonorée il livrera malgré lui sa petite-fille à la violence d’un beau-père destructeur et au déséquilibre psychique d’une mère fragile. Heureusement Lili aura toujours comme refuge le foyer aimant de Margaux et Moïse, ses grands-parents protecteurs. Et puis il y a Lahlou, Magid, Farid, Sosso, Mounhir, Karima et les autres copains de la banlieue, avec qui Lili trouvera les élans d’amitié et de solidarité qui donnent la force de s’en sortir, même quand on est né du mauvais côté du périphérique.

Tag(s) : #Rentrées et Prix littéraires

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :