Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nothomb_tuer_le_pere.gif

Chaque année, à la rentrée littéraire, c'est le même refrain. Dès le 18 août, tout le monde se précipite dans les librairies pour se procurer le dernier livre d'Amélie Nothomb, ou bien un magazine en faisant la critique. A chaque fois, il y a ceux qui adorent et puis ceux qui ont détesté. Et le cru 2011 ne fera pas exception à la tradition. Voici quelques avis piochés çà et là sur la toile, n'hésitez pas à laisser vos impressions !

 En Belgique, le quotidien La Libre annonce "La rentrée 2011 devrait être bonne à en croire "Tuer le père", l’un de ses meilleurs romans."

 A la suite d'une très courte interview où l'on apprend finalement pas grand chose, France Soir était dans les premiers à émettre un avis, très bref cependant, en qualifiant Tuer le père de "roman philosophique bien ficelé."

 Au contraire, cette blogueuse n'hésite pas en affirmant: "Tuer le père m'a donné l'impression de lire une suite de généralités et de phrases bateau. Je suis tellement déçue cette année que j'en viendrais à souhaiter qu'elle s'abstienne en 2012 si c'est pour nous en ressortir un aussi vide et plat. "

 L'Express ose la critique (positive) basée sur la seule page 99 mais précise cependant que  "cela fait déjà quelques temps que Nothomb surprend plus par sa productivité intensive et son écriture automatique et trop explicitement provocatrice -sans oublier ses chapeaux-, que par son heureuse et intelligente marginalité innovante des débuts."

 Naullau dénonce quant à lui dès le titre de son article publié dans Paris Match "Stupeur et effarement" et va jusqu'à se demander si Tuer le père ne serait pas une façon d'assassiner la littérature. Et de conclure sa critique par "Avant de choisir dans ses ­tiroirs celui des manuscrits qu’elle confiera en août 2012 à son éditeur, notre sympathique graphomane devrait peut-être considérer la possibilité d’une, voire deux années sabbatiques ou, mieux encore, méditer en profondeur cette pensée d’Aldous Huxley ­placée en exergue de «Tuer le père»: «L’obstination est contraire à la nature, contraire à la vie.» On ne saurait mieux dire, chère Amélie, on ne saurait mieux dire."

 Du côté des lecteurs, deux clans se sont d'ores et déjà formés. Quelques uns continuent à aimer les romans d'Amélie comme au premier jour, d'autres se montrent sans appel. Voici quelques commentaires que j'espère représentatifs des avis de membres d'un forum bien connu des fans de la romancière : http://amelienothomb.forumactif.com/

 "EXQUIS!Dès la première phrase, le premier mot je suis embarqué dans ce nouveau voyage dans l'univers d'Amélie!Vraiment rien à redire!Un nouveau bijou de la si talentueuse Amélie!"

"Certes tout le long du livre, il n'y a pas énormément de rebondissements. Cependant, c'est durant toutes ces pages que l'on croit commencer à connaitre, à comprendre la psychologie du personnage, Joe."

 "les nouveaux lecteurs qui prennent le train en marche vont peut etre apprécier celui ci mais nous qui connaissons ses écrits ultérieurs savons qu'elle est capable de mieux, de bcp mieux..."
  "Si encore, l'histoire n'était pas prenante, on se raccrocherait, comme souvent, à son style. Malheur! Il a disparu! Où est l'humour d'Amélie, son savoir humaniste, ses clins d'oeil culturels? "

 "l'histoire tient la route, nous y retrouvons toujours un peu de la noirceur et les pensées de l'être humain mais tout est livré sans qu'on le vive et le devine. Nous sommes spectateurs de ses protagonistes, plus de réflexion, on comprends mais sans empathie."

 "Si je devais donner une note ce serait 6/10."

"Alors que dire, si ce n'est...quel vide ! Bon sang, on cherche à tout prix une parcelle d'élément intriguant dans ce roman, mais en vain. Les scènes sont trop rapides, les personnages évoluent tant bien que mal sans une once de psychologie, Joe est horripilant et sans aucun intérêt. Et surtout, le pire à mes yeux : le roman n'a aucun intérêt littéraire, le style n'est pas travaillé. Je ne sais pas qui elle veut (re)conquérir avec ce roman, mais sûrement pas les lecteurs de la première heure...Et puis alors la fin, mais franchement...j'avais envie de rire."

Tag(s) : #Rentrées et Prix littéraires

Partager cet article

Repost 0