Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

moutardedouce-copie-1.jpgVoilà un moment déjà que j'avais lu ce roman , le premier de Stéphanie Hochet. En août, je vous avais présenté un autre de ses livres :  Combat de l'amour et de la faim. Et aujourd'hui je me décide à vous parler de Moutarde douce. Enfin.

Si j'ai mis tant de temps, c'est tout simplement parce que je n'étais pas certaine d'avoir percé le message réel que l'auteur a voulu faire passer. Si je vous en parle aujourd'hui, ce n'est pas tant parce que je l'ai compris que parce que je serais très curieuse et intéressée par vos avis sur la question.

 

Dans Moutarde douce, le narrateur est un auteur célèbre, comme dans Hygiène de l’assassin d’Amélie Nothomb. Pour un premier roman, c’est osé, réfléchi et intelligent : le même livre publié 10 ans plus tard n’aurait pas le même impact. Ce romancier reçoit des lettres de ses lecteurs. Si certaines sont presque injurieuses, d'autres se révèlent enflammées. Bien vite, on se concentre sur deux jeunes filles dont l'adoration sans borne évoque la passion. Sonia et Odette font preuve d'une quasi obsession et cherchent par tous les moyens à se rapprocher de Marc Schwerin, leur idole, quitte à tenter de le séduire, quitte à se convaincre que leurs sentiments sont réciproques. "Un premier roman déluré, espiègle et moqueur sur quelques jeunes filles d'aujourd'hui", comme le signe Amélie Nothomb sur le bandeau accollé à la couverture.

Et puis d'un autre côté, il y a Marc Schwerin et sa correspondance avec son ami Mustapha. Il lui raconte ses lecteurs , analyse leurs missives, commente leurs comportements. "L'éloquence virile use de sa tradition pour asseoir sa certitude, s'écrit sans hésiter, parle franc, parfois niais, et malgré ses talents la prose du mâle s'accorde toujours sur une seule note: l'ego. Quant à l'écriture féminine, je remarque qu'elle s'enroule pudiquement autour d'une douleur métaphysique, hésite à se confier, cache des pruderies virginales, voire des faiblesses monstrueuses. De mon expérience de lecteur de mes lectrices, j'ai tiré une conclusion : elles s'offrent sur le papier comme elles sont au fond d'un lit." 

De part et d'autre s'installe un jeu de séduction et de manipulation. Chacun a un objectif et met tout en oeuvre pour y parvenir. D'aucun s'étonnent de ce que ce roman aie été écrit par une jeune femme totalement inconnue, et qui plus est qui n'en était qu'à sa première publication. Comment a-t-elle pu décrire avec tant de conviction les rapports existants entre un auteur et ses lecteurs? Et puis il y a cette phrase, si vraie et dévastatrice pour celles et ceux qui entretiennent parfois un lien trop étroit avec certains écrivains : "L'affection épistolaire n'est que l'ombre de l'amitié sans sa couleur, car l'amitié, comme l'amour, se nourrit de présence." 

 

Avez-vous lu ce roman? Qu'en avez-vous pensé?

Du même auteur

Site de l'auteur

Tag(s) : #A (re)lire

Partager cet article

Repost 0